Cours du Faro - 226 boulevard Georges Richard - 83000 Toulon - 07 62 27 72 51

Les mathématiques, comme la plupart des matières, sont d’abord du français et nécessitent une bonne maîtrise de la lecture, de la compréhension et du vocabulaire pour pouvoir lire et comprendre une consigne, un problème ou être capable de passer à l’abstraction.

Dans notre enseignement, en plus des méthodes classiques éprouvées, nous partirons toujours du concret avec beaucoup de manipulation pour faciliter et accompagner le passage à l’abstraction, en utilisant notamment du matériel Montessori. A partir du CE1, nous nous appuierons sur certaines méthodologies développées dans la méthode Singapour.

 

En maternelle et primaire, seront abordées principalement l’arithmétique et la géométrie.

L’arithmétique a pour objet l'étude de la formation des nombres, d’une partie de leurs propriétés ou représentation, ainsi que les rapports qui existent entre eux notamment par l’étude des quatre opérations et des fractions

La géométrie, quant à elle, reste uniquement euclidienne et commence par l’étude des figures, du plan et de l'espace, les notions d’unités, de surfaces et de volumes, et le vocabulaire spécifique.

 

Les apports de la méthode Singapour pour la résolution de problèmes ou d’énigmes :

  • l’approche « concrète-imagée-abstraite » : les élèves sont guidés dans leur compréhension du concept grâce à la mise en situation ou à la manipulation d’objets concrets ; puis la situation est « schématisée », ce qui permet de mettre en lumière, d’expliciter et d’exprimer les liens et les éléments importants du concept ; puis vient l’étape de la représentation abstraite avec le recours aux seuls symboles mathématiques.
  • la modélisation : c’est une représentation par un schéma d’un concept ou d’une situation mathématique qui permet de mieux comprendre les concepts ou outil mathématique, premier pas vers l’abstraction.
  • la verbalisation : il s’agit d’habituer les élèves à « verbaliser » leur pensée, c’est-à-dire à expliquer leur raisonnement, à le justifier. Cette démarche pallie à une approche trop souvent « directe », « impulsive » et naturellement « intuitive » qui est particulièrement prégnante dans notre société moderne encouragée notamment par l’utilisation importante des nouvelles technologies. Nous montrons ainsi aux élèves que ce n’est pas tant le résultat qui est important mais la démarche et le raisonnement qui l’ont précédé.
  • le principe du tout et des parties. Les quatre opérations sont les différentes facettes de deux questions :

    1. comment connaître le tout quand on connaît les parties ? > addition et multiplication
    2. comment connaître une partie lorsque l’on connaît le tout ? > soustraction et division

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.