Cours du Faro - 226 boulevard Georges Richard - 83000 Toulon - 07 62 27 72 51

Le Cours du Faro est une école à part entière. Il fait partie des écoles indépendantes, dites privées hors contrat, c’est-à-dire une école qui n’a pas passé de contrat avec l’Etat. Il a donc une entière liberté pédagogique, une entière liberté de recrutement, une entière liberté d’emploi du temps et une entière liberté de gestion.

Nous avons répertorié, ci-dessous, une liste de questions les plus couramment posées avec leur réponse. La première partie répond aux questions sur les écoles indépendantes en général, la deuxième partie répond à des questions propres au Cours du Faro.

Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, veuillez utiliser notre formulaire de contact.

LES ÉCOLES INDÉPENDANTES OU PRIVÉES HORS CONTRAT

Les écoles indépendantes sont-elles légales ? Ne dit-on pas :

Le développement des écoles indépendantes est légal, prévu et encadré par la loi. Elles ont donc le statut d’école comme peut l’avoir l’école publique ou l’école privée sous contrat. Les écoles indépendantes bénéficient simplement d'une plus grande liberté d'action qui hélas, se paie par une absence totale de financements publics. L'existence de ces écoles est un des éléments constitutifs de l'État de droit.

Les écoles indépendantes répondent-elles à une demande ?

La demande pour les écoles hors contrat est forte et augmente sans cesse dans toute la France.

D’après les enquêtes nationales, les parents choisissent l'enseignement privé d'abord parce que le niveau scolaire y est bon, ensuite pour la sécurité de l’enfant et enfin pour la transmission des valeurs morales et la recherche de cohérence entre la vie familiale et le temps scolaire.

La forte demande vient principalement du manque de places dans le privé subventionné ce qui conduit nécessairement à la création d’écoles indépendantes puisque juridiquement il n’y a pas d’alternative.

De plus, les enfants étant tous très différents, il y a une forte demande de diversification de l’offre scolaire. Les écoles indépendantes répondent souvent à cette demande en proposant d’autres approches pédagogiques.

Les écoles indépendantes sont-elles trop chères pour les familles ?

Faire le choix d'une école indépendante représente un réel investissement financier pour les familles mais dans une vue d'ensemble, cela peut s'avérer bien moins cher qu'on ne le croit.

En effet :

  • le montant ou le temps consacré par un nombre croissant de parents aux devoirs du soir, aux cours de soutien, orthophonistes ou autres pour remédier aux difficultés de leurs enfants est en constante augmentation ;
  • les écoles privées sous contrat ont un coût mensuel qui n’est que légèrement inférieur aux établissements entièrement libres et les autres deviennent de plus en plus coûteuses ;
  • les écoles indépendantes ont développé des associations de soutien pour accorder des bourses aux plus démunis (mise en place de parrainages). Des fondations se sont créées pour soutenir les familles et les écoles indépendantes. Il existe également une forte solidarité entre les parents.

Le développement des écoles indépendantes se fait-il aux dépens de l’école publique ou privée sous contrat ?

Les écoles indépendantes ont vocation à offrir une alternative aux autres écoles et à garantir un pluralisme scolaire. A l’étranger, on observe qu’elles créent une saine émulation qui tire tout le système scolaire vers le haut y compris l’école publique.

Les écoles indépendantes prennent-elles l’argent de l’école publique ?

Non, puisque dans le système actuel, ces écoles ne reçoivent aucune subvention et ne coûtent donc rien à l’Etat.

Le coût moyen annuel d’une scolarité dans une école primaire publique représente plus du double de celui d’une école indépendante.

Si les parents bénéficiaient du système du “chèque éducation” pratiqué dans certains pays, le gain financier serait important pour l’Etat. De plus, ce système rendrait effectif le libre choix en matière scolaire, conformément au principe constitutionnel français de la liberté d’enseignement.

Les écoles indépendantes sont-elles réservées aux familles aisées ?

Non, elles attirent des familles de tous revenus qui consentent à faire des sacrifices financiers pour offrir la meilleure éducation possible à leurs enfants et surtout celle qu’elles désirent réellement pour eux.

Une enquête publiée dans Le Monde révèle que ce sont surtout les milieux sociaux moyens ou défavorisés qui se tournent vers l'enseignement privé, n'ayant pas les moyens de compenser à la maison les « défaillances » de l'école publique.

Aux États-Unis, où l'on dispose de plus de données statistiques, les études ont montré que les écoles indépendantes (mais subventionnées) ont profité tout particulièrement aux « minorités » dont elles ont favorisé l'intégration.

En France, le système actuel de la « carte scolaire » pour les écoles publiques génère une situation d'apartheid éducatif entre les enfants qui résident dans les bons quartiers et les autres.

On constate que les enfants de cadres supérieurs et d’enseignants ont beaucoup plus de chances d’accéder à l’enseignement supérieur.

L’école ne joue plus son rôle traditionnel d’"ascenseur social".

Les écoles indépendantes favorisent-elles le communautarisme ?

En aidant chaque enfant à construire sa personnalité dans un environnement famille/école cohérent, ces écoles favorisent leur ouverture aux autres et leur socialisation.

Comment réintégrer le système scolaire « standard » après un passage dans une école indépendante ?

Il est tout à fait possible de passer d'une école indépendante à une école publique ou privée sous contrat et réciproquement, mais le directeur de l'école peut faire passer un examen. Ces examens se passent généralement sans difficulté. Les parents peuvent faire appel en cas de désaccord.

LES CHOIX ÉDUCATIFS PROPRES AU COURS DU FARO

Qu'est-ce que le préceptorat ?

Le préceptorat est une méthode de suivi individuel régulier qui aide l'enfant à progresser. Différents domaines sont abordés lors de ces conversations entre l'élève et son précepteur : comportement, effort porté sur la vertu du mois, travail... Il s'agit d'aider l'enfant à surmonter les difficultés qu'il rencontre et de l'encourager à développer ses talents au service des personnes qui l'entourent.

Quels sont les critères de recrutement de l’équipe pédagogique ?

Le projet éducatif constitue la charte de fonctionnement du Cours du Faro.

L’ensemble des intervenants de l’école, tant professionnels que bénévoles, y adhèrent pleinement. Le directeur est recruté par le Conseil d’Administration de l’Association Méditerranéenne pour l’Éducation (A.M.E) qui est l’association de gestion du Cours du Faro.

Les instituteurs sont recrutés en collaboration avec le directeur de l’école et dans la mesure du possible auront suivi l’une des formations dispensées par l’ILFM, la formation Jean Qui Rit, une formation à la communication consciente et une formation sur la Gestion Mentale, grâce aux travaux d’Antoine de La Garanderie.

Toute personne engagée comme bénévole devra signer un contrat encadré.

Que faut-il pour inscrire son enfant au Cours du Faro ?

L’inscription nécessite la totale adhésion des parents au projet éducatif. Elle présuppose la volonté d’une forte collaboration avec les instituteurs et un suivi réel de leur(s) enfant(s).

Le recrutement des familles est confié au directeur et validé par le Conseil d’Administration.

Quelles famille sont accueillies au Cours du Faro ?

Toutes les familles sont accueillies quelque soit leur milieu social, leur nationalité ou leur religion. Le Cours du Faro est ouvert à tous dans la mesure où les parents adhèrent concrètement au projet éducatif, en acceptent toutes ses dimensions, notamment la dimension chrétienne, et ses implications dans la vie de l'école.

Est-ce que le Cours du Faro accueillera des enfants en difficultés scolaires ?

Le Cours du Faro a pour objectif d’accueillir des élèves de tous niveaux scolaires et de les emmener individuellement à développer au mieux leur potentiel. Le choix de petits effectifs avec des classes de 20 élèves en moyenne est notamment fait en ce sens. Néanmoins, par souci de justice, le nombre d’enfants en difficultés scolaires par classe est limité, et ce afin de préserver l’équilibre de la classe et la progression de chacun.

Comment sera organisée la pause déjeuner ?

Dans la mesure du possible, une messe sera célébrée juste après la fin des cours du matin, à laquelle les enfants pourront assister.

Ensuite pour les repas, dans un premier temps, les enfants pourront apporter leur panier-repas (des micro-ondes seront mis à disposition) et ils déjeuneront encadrés par des adultes. Cependant, si la demande est suffisante, nous mettrons en place une cantine plus traditionnelle, par exemple avec un système externalisé.

Le reste du temps de cette pause méridienne sera employé aux jeux et à la détente, avec des activités encadrées.

Souhaitez-vous obtenir un contrat d'association à terme ?

Cela n’est possible qu’au bout de cinq ans d’existence et actuellement c’est très difficile. Mais pourquoi pas, tout dépendra des conditions de sa mise en oeuvre car nous voulons garder notre liberté et l'esprit du projet. Nous connaissons des écoles sous contrat qui gardent la maîtrise du recrutement, et une certaine autonomie d'enseignement. Le principal avantage réside dans la prise en charge du salaire des instituteurs.

Quel sera le lien avec la mairie, avec la vie locale ?

Nous nous efforçons de développer des liens et une collaboration avec la mairie avec laquelle nous communiquons régulièrement. Notre structure cherche à s'implanter et à s'intégrer dans le territoire ainsi qu'à participer à son développement. L'accueil spécifique des enfants en difficultés ou exta-ordinaire porteur de handicap ainsi que la singularité de notre approche éducative contribuent à la valorisation et la diversification de l'offre scolaire sur l'aire toulonnaise.

Pourquoi avoir choisi le nom Cours du Faro ?

Cours : nous avons l’intention de développer un collège et un lycée dans l’avenir. Le terme « Cours » est plus approprié à l’ensemble du projet.

Faro : ce nom reflète l’insertion locale vers laquelle est orientée l’école et veux dire « phare » en provençal.

Faro : ce nom n’a pas de connotation religieuse. Il est signe de l’ouverture de l’école à toutes les familles qui se reconnaissent dans son projet éducatif et acceptent toutes ses dimensions et implications.

Pourquoi une blouse et/ou un uniforme au Cours du Faro ?

Ce choix est d'abord fait dans un souci pratique et économique. La blouse permet de protéger les vêtements, et l’uniforme évite que s’invitent à l’école certaines différences ou modes qui peuvent perturber la vie d’une classe. C’est aussi un symbole d'unité et d'attachement de l'enfant à son école qui favorise notamment l’insertion des nouveaux élèves.

Pourquoi l’enseignement différencié ou la non-mixité ?

Dans un premier temps, l'enseignement différencié est impossible à mettre en place. Mais il fait partie de notre réflexion pour l’avenir. Si nous le mettons en œuvre, nous commencerons cet enseignement certainement par les CM puis par les CE sans probablement l’appliquer aux niveaux inférieurs. Il pourra être total ou s’appliquer à certaines matières pour lesquelles il est plus adapté. 

La non-mixité est en effet un moyen de tenir compte des différences psychologiques, de maturité, de centres d’intérêt et d’apprentissage qui existent entre filles et garçons.

Nous sommes convaincus de l'apport que constitue l’enseignement différencié ou la non-mixité. L’expérience dans d’autres pays et des études scientifiques montrent toute sa pertinence et son intérêt. Les statistiques comparant les résultats des écoles mixtes et non-mixtes montrent des différences très significatives dans les résultats scolaires en faveur des écoles non-mixtes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des services ou réaliser des statistiques de visites.